Les gens heureux n’ont pas d’histoire, Éloïse Lièvre

Présentation de l’éditeur :

LEs gens heureuxQuand la vie commence, la vie a déjà commencé.

Ce livre est un calendrier de l’avent. Quarante textes, quarante photos avant les quarante ans. Éloïse Lièvre se réapproprie la vie qui passe. Elle tisse des fils, défie le hasard, poursuit, les coïncidences, tout ce qui fait sens. Elle dit surtout comment l’on devient une personne, nos rêves et nos ambitions orientés par ceux qui nous précèdent et par ceux qui nous côtoient, les objets, livres, films, chansons, qui s’impriment en nous, les événements historiques et intimes qui se mêlent et deviennent une histoire.

Ces photos et ces textes empreints de poésie forment un projet singulier et disent avec force toute l’épaisseur d’une vie.

 

40 jours avant son 40ème anniversaire, Éloïse Lièvre a posté sur Facebook une photo et un texte l’accompagnant. Elle a fait ça le lendemain et les jours suivants. Chaque jour, une photo d’elle prise une année différente, chaque jour un texte l’illustrant. Ainsi Éloïse a grandi puis vieilli sous les yeux de ses « amis Facebook », livrant au passage petites et grandes choses d’elle-même. J’étais là, j’ai tout vu mais – j’avoue – pas tout lu.

Compilés, réécrits, développés, les quarante textes sont devenus un livre. Dans lequel Éloïse Lièvre raconte les lieux – comme les pièces dont le souvenir est « une odeur » -, les gens – comme les êtres qu’on croise qui sont autant de possibles personnages -, les émotions – comme les douleurs que le temps absorbe – et se raconte.

Pour ses quarante ans, Éloïse Lièvre est partie sonder les origines, faire la courte-échelle aux souvenirs. Elle brode « à partir de [ses] propres lambeaux de souvenirs ». Éloïse Lièvre est de ceux qui sont faits de « cette glaise absolument sentimentale ».

Est-ce un cadeau qu’elle se fait à elle ? En auscultant ce qu’il y a derrière elle, Éloïse Lièvre nous renvoie à notre propre enfance, à notre propre adolescence, à notre propre maturité, à nos propres rites de passage. Ce parcours initiatique est très personnel, parfois même impudique, cependant qu’il tend à l’universel pour ce qu’il contient de doutes, de petits renoncements, de faiblesses non avouées, d’étapes qui font une vie.

La prose coule en pleins et en déliés, le mot est toujours précis et juste, qui rend romanesques les descriptions d’objets ou de phénomènes les plus banales.

Le livre ne porte nulle part sur sa couverture la mention roman. Éloïse Lièvre vient d’inventer sa forme de récit de soi, sa forme d’autofiction.

 

Éditions JC Lattès, avril 2016, 300 pages, 18 euros

A lire aussi sur Sophielit :

La biche ne se montre pas au chasseur, Éloïse Lièvre

Quand autofiction se fait romanesque / Entretien avec Éloïse Lièvre

Instantanés :

 

« Toucher du doigt son origine est si rassurant. » (page 10)

 

« Le deuil naturel de neuf mois de fusion avec son enfant, première leçon d’un herculéen apprentissage de l’arrachement. » (page 11)

 

« Me vêtir est une lutte, si bien que j’aspire à la clarté routinière de l’uniforme. » (page 65)

 

« Nous sommes des cathédrales. » (page 156)

 

« Je voudrais fuir ce que je suis. » (page 160)

 

« Demi-queue, c’est la coiffure de la lâcheté. » (page 165)

 

« L’amour ne commet pas de fautes. » (page 187)

 

« Aimer n’est pas honnête. » (page 214)

 

« Je pleurais mon angoisse à cause de cet enfant infaisable que je désirais désirais désirais et qui, par son refus immense, siphonnait la vie de tout son sens. » (page 230)

 

« Enfanter est une expérience du surnaturel. » (page 235)

Publicités

Une réflexion sur “Les gens heureux n’ont pas d’histoire, Éloïse Lièvre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s