Ma vie en noir et blanc, Delphine Bertholon

Présentation de l’éditeur :

ma vie en noir et blancAna, 14 ans, écrit son futur roman pendant les cours et adore les films des années cinquante. Normal, ils sont en noir et blanc ! Achromate de naissance, elle ne distingue pas les couleurs et rêve donc sa vie en gris, en noir et en blanc. En quête de son père, inconnu, elle file à Paris avec Kylian, son ami black, afin de rencontrer un célèbre photographe fasciné par le N&B. Qui sait, peut-être pourra-t-elle comprendre pourquoi la vie l’a affublée de cet étrange gène ?

 

Ana a une particularité rare, qui ne touche qu’une personne sur 33.000 : l’achromatopsie. Mais cette particularité n’est qu’une des nombreuses tares dont elle considère qu’elle est pourvue… D’autant qu’à bientôt 15 ans, elle n’a encore embrassé personne.

Un article présentant un photographe achromate bouleverse l’adolescente : sa particularité est héréditaire et elle n’a jamais connu son père… Les signaux sont trop évidents pour qu’elle ne tente pas d’aller à la rencontre du photographe en question. Quelques mensonges plus tard, Ana se trouve face à son destin, grâce à la complicité de sa meilleure amie Mélie et de Kylian, son ténébreux à elle…

 

A un rythme enlevé, on suit les aventures d’Ana, qui vit sa vie par procuration au travers du roman qu’elle écrit – avant qu’elle ne réalise que sa vie à elle peut s’avérer bien plus passionnante que tout ce qu’elle pourrait inventer…

C’est drôle et émouvant, surprenant et diablement bien construit. Une réussite qui téléporte instantanément à l’ère des 14 ans !

Rageot Editeur, mai 2016, 128 pages, 6,10 euros

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Les corps inutiles

Pourquoi écrivez-vous, Delphine Bertholon ?

Le soleil à mes pieds

5 questions à Delphine Bertholon

L’effet Larsen

Cabine commune

 

Trois phrases :

 

« « Je t’expliquerai » est la phrase la plus simple à prononcer quand, précisément, on est incapable d’expliquer quoi que ce soit. » (page 67)

 

« Le texte est plus réel que la réalité. » (page 111)

 

« La neige a fondu en même temps que mon chagrin. » (page 121)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s