89 mois, Caroline Michel

Présentation de l’éditeur :

89 mois« J’ai trente-trois ans, ça y est. A quarante ans et des poussières, mon corps sera hors jeu. Il me reste donc sept grosses années pour faire un enfant, soit quatre-vingt-neuf mois. Un chiffre minuscule. A peine deux mille sept cents jours. Que peut-on faire en deux mille sept cents jours ? Rien. J’en ai déjà mis cinq à construire trois meubles Ikea. »

 

Jeanne, célibataire, contrôleuse de train sur la ligne Paris-Auxerre, n’a qu’une obsession : devenir maman avant que le temps la rattrape. Elle a fait une croix sur le couple, il lui faut simplement un géniteur. Sa décision ne fait pas l’unanimité auprès de ses amis, et, même si parfois elle doute, elle est déterminée à surveiller son cycle, à provoquer les rencontres, à boire des potions magiques et à lever les jambes après chaque rapport, sait-on jamais.

 

Avec ce premier roman, empreint d’humour et de tendresse, à la fois jubilatoire et émouvant, Caroline Michel pose la question des choix intimes dans une société conformiste. Une nouvelle voix de la littérature féminine, d’une spontanéité rafraîchissante, avec laquelle il faudra désormais compter.

 

La narratrice est une jeune femme de son temps : son bonheur se mesure à l’aune de celui des autres. Alors, quand l’entourage de Jeanne se met à faire des bébés, elle en a envie aussi. Qu’elle soit célibataire n’est qu’un détail : c’est d’un Lire la suite

Publicités

Le Syndrome de la vitre étoilée

Le Syndrome de la vitre étoilée« – Alors, cette soirée ?

Je n’ose pas regarder Guillaume.
– Maeva est enceinte.

Mon ventre à moi n’est gonflé que de bière. Fausse, de surcroît. »

Un garçon, une fille, dix ans de vie commune. De cette équation parfaite naît le désir d’enfant. Puis les difficultés arrivent. Le désir se transforme. Le garçon et la fille aussi. Un couple sur cinq connaît des difficultés pour avoir un enfant.

Derrière cette proportion, combien d’autres statistiques ? De formules intrusives ? De conseils « bienveillants » ? De boîtes de tampons ? De pieds dans les étriers ? D’amis auxquels on ment ? De bouteilles éclusées ? Combien de pensées magiques pour conjurer le sort et cette foutue proportion ?

Voilà des questions – des obsessions – que la narratrice de ce roman tente d’éclairer sous un jour nouveau en découpant sa pensée comme on range la commode de son adolescence.

Ce qui démarrait comme un chemin de croix frappe par sa lucidité, sa drôlerie, sa cruauté et prend la forme du journal rétroéclairé d’une jeune femme qui découvre le pouvoir d’être libre.

Lire la suite

Vacances-surprises, Marc Bernard

Présentation de l’éditeur :

vacances-surprisesUn immeuble dans un quartier populaire, à Paris, dans les années 50. Voilà le décor. La concierge, Madame Hortense, connaît son monde : la dactylo du deuxième, le plombier du troisième, et sous les toits un écrivain, Marc Bernard, sa femme et ses canaris. C’est Paris, c’est animé, ça râle, ça court, ça bavarde. L’écrivain observe, amusé, et raconte. Parfois, il boucle ses valises, et c’est l’Espagne, l’Angleterre, le Portugal :

« C’est d’une façon innocente, sans mesurer l’impor­tance de mes paroles, que j’avais dit à Else : “ L’amusant dans le voyage devrait être la surprise, de partir, mais sans savoir où l’on va. Une affiche aperçue au coin d’une rue, un nom de ville aux sonorités étranges décideraient du prochain but. On pourrait faire ainsi le tour du monde. ” J’étais loin d’imaginer ce qu’il pouvait y avoir d’imprudent dans un tel vœu. Le voici réalisé, au-delà de tout espoir. »

Des « surprises » savoureuses et pleines de fraîcheur. C’est drôle, c’est enlevé, c’est beau comme du Henri Calet.

 

Ces « surprises », en voyage ou à Paris, sont des récits – qui se lisent comme des nouvelles. Des chroniques de quatre pages, à quelques lignes près, comme autant de Lire la suite

Treize, Aurore Bègue

Présentation de l’éditeur :

TreizeAlice, treize ans, part en vacances en famille sur la côte méditerranéenne.

Durant cet été, elle observe sa sœur aînée, Marie et son comportement face aux hommes. Les trois ans qui les séparent lui semblent être désormais un fossé infranchissable.

Elle porte aussi un regard lucide sur sa mère fragile psychologiquement et son père qui surjoue la normalité pour rassurer ses filles.

A treize ans, on est parfois plus réaliste que les autres. Alice sent avant tout le monde le drame qui se noue pendant ces vacances et va bouleverser toute son existence.

Un premier roman à l’atmosphère tendue et envoûtante. Un texte poignant et juste sur la collision entre les attentes de l’adolescence et les lâchetés du monde adulte.

 

 

L’adolescence, cet âge si particulier où l’on se construit, où l’on se cherche, où l’on essaye. Cet âge aussi où « se faire remarquer [revient] à se faire juger. »

L’adolescence d’Alice, la narratrice, la mène au bord de Lire la suite

« (Presque) jeune, (presque) jolie, (de nouveau) célibataire » : le roman d’un premier roman

Pelerin

(Presque) jeune, (presque) jolie, (de nouveau) célibataire, le premier roman de Stéphanie Pélerin, est paru au printemps chez Mazarine, une marque des éditions Fayard.

Stéphanie revient sur l’aventure de ce premier livre..

.

Comment est né (Presque) jeune, (presque) jolie, (de nouveau) célibataire ? Lire la suite

(Presque) jeune, (presque) jolie, (de nouveau) célibataire, Stéphanie Pélerin

Présentation de l’éditeur :

jeune jolie celibataireQuand Ivana se fait larguer comme une vieille chaussette par Baptiste, après huit ans d’amour, il ne lui reste plus que ses kilos et ses rides à compter. Pas facile de se retrouver sur le marché des célibataires à la trentaine, quand, pour couronner le tout, on manque de confiance en soi.

Tentant d’ignorer son chagrin, elle décide de reprendre sa vie (et son corps) en main et s’inscrit sur « Be my boy », célèbre site de rencontres. Si l’offre est alléchante, les produits sont souvent de second choix, voire des retours de marchandise… Heureusement, il reste les amies et le bon vin.
À travers des expériences étonnantes, Ivana doit réapprendre à prendre soin d’elle. Mais rien ne sert de courir… il suffit juste d’être au bon endroit, au bon moment.

Un orteil dans la quarantaine, professeur de français en banlieue, Stéphanie Pélerin exerce un métier qui lui demande souvent autant de poigne et de tact que celui de dresseur de fauve. Depuis décembre 2008, elle tient un blog aussi éclectique qu’elle : des albums pour enfants aux romans épicés en passant par la BD, elle dévore tout ce qui se lit. Presque (jeune), presque (jolie), (de nouveau) célibataire est son premier roman.

 

 

Le verre de cocktail en couverture, paille et glaçons inclus, semble annoncer la couleur : chick litt. Dans l’édition, les codes sont clairs. Pourtant, il y a ici erreur sur la marchandise : Lire la suite

Mise au monde, Isabelle Fruchart

Présentation de l’éditeur :

Mise_au_monde_couv_medium« Lorsque j’étais enceinte, certes influencée par mon histoire familiale, accouchement signifiait drame. Et quand je me suis demandée ce que les livres m’avaient appris sur le sujet, je me suis retrouvée face au trou noir. Un seul récit est remonté à ma mémoire, de Zola, mais il était flou. En le relisant, j’ai compris pourquoi je l’avais occulté : il était effroyable. »

Comment l’enfantement est-il raconté dans les romans ? Quelle empreinte cela laisse-t-il ? Avec Mise au monde, Isabelle Fruchart explore en 100 livres le récit de naissance et sa grammaire.

 

 

En résidence d’écriture au CALM, seule maison de naissance existant à Paris, Isabelle Fruchart a établi une bibliographie subjective de cent livres autour de la naissance Lire la suite

Célibataire longue durée, Véronique Poulain

Présentation de l’éditeur :

celibataire longue dureeÀ la veille de ses cinquante ans, Vanessa Poulemploi, la bien nommée, va devoir relever un triple défi : trouver du travail, un sens à sa vie et… se marier. Autant vous dire que ce n’est pas gagné.

 

Assistante personnelle, Vanessa Poulemploi, la quarantaine bien entamée, se retrouve au chômage. Mère célibataire et désireuse de se trouver un Jules, elle se dit que c’est Lire la suite