(Presque) jeune, (presque) jolie, (de nouveau) célibataire, Stéphanie Pélerin

Présentation de l’éditeur :

jeune jolie celibataireQuand Ivana se fait larguer comme une vieille chaussette par Baptiste, après huit ans d’amour, il ne lui reste plus que ses kilos et ses rides à compter. Pas facile de se retrouver sur le marché des célibataires à la trentaine, quand, pour couronner le tout, on manque de confiance en soi.

Tentant d’ignorer son chagrin, elle décide de reprendre sa vie (et son corps) en main et s’inscrit sur « Be my boy », célèbre site de rencontres. Si l’offre est alléchante, les produits sont souvent de second choix, voire des retours de marchandise… Heureusement, il reste les amies et le bon vin.
À travers des expériences étonnantes, Ivana doit réapprendre à prendre soin d’elle. Mais rien ne sert de courir… il suffit juste d’être au bon endroit, au bon moment.

Un orteil dans la quarantaine, professeur de français en banlieue, Stéphanie Pélerin exerce un métier qui lui demande souvent autant de poigne et de tact que celui de dresseur de fauve. Depuis décembre 2008, elle tient un blog aussi éclectique qu’elle : des albums pour enfants aux romans épicés en passant par la BD, elle dévore tout ce qui se lit. Presque (jeune), presque (jolie), (de nouveau) célibataire est son premier roman.

 

 

Le verre de cocktail en couverture, paille et glaçons inclus, semble annoncer la couleur : chick litt. Dans l’édition, les codes sont clairs. Pourtant, il y a ici erreur sur la marchandise : le verre en question contient du Spritz, un cocktail qui se caractérise par une pointe d’amertume, alors que ce roman se rapproche davantage d’une piña colada ; ou, mieux encore, d’une tequila sunrise.

Ingrédients : une histoire d’amour qui prend fin, une romance qui s’ébauche, et dans l’intervalle des rencontres virtuelles et d’autres bien réelles ; des copines fantastiques, des collègues étonnants, un ex à pleurer et une mère pas possible ; des femmes fragiles derrière leur carapace de femme forte, des hommes obsédés et décevants, et une poignée d’entre eux qui parviennent à sauver le genre. Bref : du coloré et du sucré.

 

(Presque) jeune, (presque) jolie, (de nouveau) célibataire, le premier roman de Stéphanie Pèlerin, alias Stephie sur la toile, est conforme aux attentes : on embarque avec elle pour une lecture légère, on suit avec enthousiasme les aventures d’Ivana, héroïne à la fois banale et singulière, comme tant de femmes, et l’on sait que, conformément au genre toujours, cela finira bien.

Pourquoi bouder son plaisir ? Ce feel-good book est une lecture idéale pour l’été, et il ravira les amateurs du genre.

Éditions Mazarine, 2016, 208 pages, 15 euros

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Tous les premiers romans

 

Une phrase en passant :

« On pardonne tout aux terres dans lesquelles on a poussé. » (page 166)

 

L’auteur s’est prêtée au jeu du portrait chinois pour son héroïne…

Publicités

Une réflexion sur “(Presque) jeune, (presque) jolie, (de nouveau) célibataire, Stéphanie Pélerin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s