De cape et de mots, Flore Vesco

Présentation de l’éditeur :

de cape et de motsHUMOUR, IRRÉVÉRENCE ET COMPLOTS À LA COUR DU ROI !

Serine, en dépit de la volonté de sa mère, refuse de se marier. Mais pour sortir ses frères de la pauvreté, elle doit agir. Sa décision est prise : elle sera demoiselle de compagnie ! La tâche s’annonce difficile : la reine est capricieuse, antipathique, et renvoie ses demoiselles aussi souvent qu’elle change de perruque. Mais Serine ne manque pas d’audace et, tour à tour, par maladresse ou génie, se fait une place. Elle découvre alors la face cachée de la cour : les manigances, l’hypocrisie et les intrigues… et tente de déjouer un complot.
Un premier roman décapant qui marque tant par la singularité de son héroïne que par la plume inventive de son auteur.

Serine est une héroïne incroyable : elle parvient à se sortir de toues les situations. Et pourtant, on ne lui facilite pas la tache. Nombreux sont ceux qui préfèreraient se débarrasser d’elle…

Son sens du contact lui permet heureusement de se faire apprécier de ceux qui ne la détestent pas, tandis que son ingéniosité lui permet de surmonter les obstacles de toutes natures.

Changer d’apparence, céder sa chevelure, déjouer la mort et gagner la confiance du roi… Rien n’est impossible pour Serine. Mais jusqu’à quand durera cette chance incessante ? La reine, le secrétaire du roi et certaines demoiselles de compagnie notamment sont déterminées à y mettre fin…

Le premier roman de Flore Vesco est une malle aux trésors. A un rythme trépidant, avec des rebondissements constants, elle nous entraîne dans le sillage de son héroïne fantasque, éprise de justice et un brin féministe. Le palais où elle a atterri devient le lieu de toutes les aventures, le lieu aussi de toutes les charades…

de cape« Rien n’est plus frustrant qu’une devinette sans solution. » Les péripéties de Serine, qui raffole des jeux de mots et autres mots d’esprit, sont proposées dans une langue riche et inventive. Il y a dans ce roman tant de bons mots qu’on ne peut tous les relever… Quant aux notes de bas de page, crédibles à force d’improbabilité, chacune donne à elle seule envie d’écrire un roman entier à partir de l’anecdote qui y est contée.

Récompensé par plusieurs prix littéraires, ce premier roman est du grand art, tant sur le fond que sur la forme. Chapeau !

A partir de 11 ans

Didier jeunesse, 2015, 192 pages, 14,20 euros

Lire un extrait ici

A lire aussi sur Sophielit :

Tous les romans jeunesse

Tous les premiers romans

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s