Le roman de Boddah, Héloïse Guay de Bellissen

Présentation de l’éditeur :

BoddahD’ordinaire, les amis imaginaires s’éteignent naturellement, peu à peu négligés par ceux qui les ont inventés. Pas Boddah. Pendant les vingt-sept années de sa courte vie, Kurt Cobain n’a jamais cessé de s’adresser à lui.
Du coup de foudre entre l’icône grunge et Courtney Love à leur mariage à Honolulu au milieu des touristes, des tournées triomphales aux soirs de doute, Boddah a tout vu et tout entendu. Dès lors, qui mieux que lui pouvait retracer le parcours de cette météorite trash que fut le chanteur de Nirvana, entre musique, héroïne et passion ?
Mêlant scènes réelles et imaginaires, conversations authentiques et inventées, Le Roman de Boddah s’offre un narrateur omniscient, témoin, confident, bonne et mauvaise conscience, Jiminy Cricket au milieu des guitares cassées.

Les amis imaginaires, les enfants les créent et les adultes les tuent. A cela existe une exception : Boddah, l’ami imaginaire de Kurt Cobain. Boddah et Kurt, aussi fidèles l’un que l’autre, qui ne se quitteront pas au long des 27 années de vie de la star du rock.

Et dans ce roman inclassable, c’est Boddah qui raconte.

Son roman est une sorte de journal. Sexe, drogue et rock’n’roll, bien sûr. Mais il s’agit surtout d’une histoire d’amour, une sublime histoire d’amour, celle qui unit à jamais Kurt Cobain et Courtney Love, sa blonde.

Un amour comme ça, on n’y survit pas. Car c’est un amour qui change le toc en or. Un amour jusqu’à l’os.

in-uteroLe premier roman d’Héloïse Guay de Bellissen est un vibrant hommage rendu à Kurt Cobain, cet écorché vif, cet enfant inconsolable, cet inadapté à l’existence dont le pire cauchemar demeurait la réalité. C’est aussi le portrait d’un groupe culte, Nirvana, que la presse adore, cirant les Converse de ses membres.

C’est surtout le récit de l’amour fou entre deux êtres dont l’enfance a été assassinée, cette enfance qui remonte par bouffées lorsque Kurt et Courtney deviennent parents d’un petit haricot. Et une ode à la musique, le seul truc qui les tient debout.

Un premier roman comme une claque dont le son résonne longtemps.

Prix Méditerranée des lycéens

Pocket, avril 2016 (et Fayard, 2013), 264 pages, 6,95 euros

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Toute la rentrée littéraire 2013

Tous les premiers romans

Flashs :

« L’enfance est un don éphémère. » (page 12)

« La vérité n’a qu’une alternative, soit elle sort des bouches d’égouts soit de celles des enfants. » (page 54)

« Mort subite du nourrisson en nous. » (page 62)

« Il va y avoir du changement, alors ils se réfugient dans le passé pour se rassurer. » (page 73)

« Les enfants sécrètent une drogue naturelle et adulte tu fais ce que tu peux pour la retrouver. » (page 85)

« Être parent, C est ne plus être l’enfant des siens. » (page 105)

« La peur. Vous connaissez tous. Votre seule crainte, c’est de mourir et elle prend toutes les formes. Soyons franc : toutes vos luttes ne sont jamais que des postures pour rester en vie. » (page 118)

« Le rock était le commencement de l’humanité. Kurt pensa qu’avec son nouvel album il en serait l’utérus. » (page 129)

« Qu’est-ce qu’on fout quand le père est l’assassin de l’enfance ! » (page 137)

« Sa façon à lui d’être heureux, c’était de ne pas l’être. » (page 138)

« La vie n’est qu’un éternel refrain. » (page 140)

« La fin de la passion, c’est la fin de tout. » (page 148)

« Elle contemple son propre corps. A-t-elle changé ? Un enfant avait été créé à l’intérieur, l’amour l’a même pris comme refuge. » (page 172)

« C’est quoi, la différence entre crever et mourir ? Entre exister et vivre ? Entre être amoureux et aimer ? » (page 233)

« Il vaut mieux brûler que se consumer. » (page 252)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s