Lucie ou la vocation, Maëlle Guillaud

Présentation de l’éditeur :

lucie-vocationLucie est amoureuse. Éperdument. Mais pour imposer celui qu’elle a choisi, elle va devoir se battre. Ne pas céder face à l’incompréhension et à la colère des siens. Malgré les humiliations quotidiennes, les renoncements et l’ascèse, elle résiste et rêve d’absolu. Un jour, pourtant, le sacrifice qu’elle a durement payé est ébranlé par la découverte d’un secret. Le doute s’immisce. S’est-elle fourvoyée ou est-elle victime d’une manipulation ?
Avec une sensibilité et une justesse infinies, Maëlle Guillaud nous entraîne dans un monde aux règles impénétrables. En posant la question de la foi et en révélant sa puissance à tout exiger, Lucie ou la vocation entre en résonance avec l’actualité.

 

Lucie a fait un choix radical. Incompréhensible pour sa camarade, qui a l’impression que Dieu lui vole son amie.

Lucie a choisi de vivre dans un autre monde. Un monde où n’existent ni désirs, ni vie matérielle, ni amitié. Seulement l’amour d’un Dieu qu’on attend comme un mari parti en mer, l’inquiétude en moins. Elle est volontairement recluse. Son corps devenu inutile s’empâte et s’amollit tandis que le miroir de sa cellule l’oblige à assister à sa propre disparition.

Celle qui souffre le plus est l’amie restée à l’extérieur. Elle souffre d’incompréhension, mais pas seulement. Peut-on être prisonnière d’un lien qui se défait ?

Avec Lucie ou la vocation, Maëlle Guillaud donne à découvrir un univers peu présent dans la fiction. Et c’est fascinant. Très en retenue, elle a aussi l’audace de ne pas émettre de jugement sur ses personnages. Un premier roman surprenant.

Éditions Héloïse d’Ormesson, 2016, 208 pages, 17 euros

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Toute la rentrée littéraire 2016

Tous les premiers romans

Chuchotements :

 

« Il n’y a pas de foi, mais des preuves de foi. Comme en amour. » (page 24)

 

« La vocation ne doit en aucun cas être un refuge contre le monde. » (page 30)

 

« À âme convertie, rien d’impossible. » (page 38)

 

« Le corps est un animal sauvage. » (page 66)

 

« Nous ne sommes qu’une addition des goûts des autres. » (page 102)

 

« La congrégation est une pieuvre dont les tentacules sont féroces. » (page 147)

 

« La foi est un long chemin. » (page 196)

Publicités

5 réflexions sur “Lucie ou la vocation, Maëlle Guillaud

  1. Bien d’accord, un premier roman étonnant ! L’histoire de cette jeune étudiante qui choisit de se « marier avec Dieu », après avoir abandonné sa famille et son amie nous fait non seulement explorer un univers particulier, mais ceux qui croient lire le roman de la vocation de Sœur Marie-Lucie vont soudain basculer dans le thriller. http://urlz.fr/4dWa

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s