La saveur des bananes frites, Sophie Noël

Présentation de l’éditeur :

bananes-fritesSaraphina vit avec son grand frère Jude à Paris dans un foyer pour jeunes étrangers. Quand elle passe devant les grilles de la Cité Paradis et ses beaux appartements, elle ne peut s’empêcher de penser à une autre cité : celle où ses parents ont vécu avant sa naissance, en Haïti, et qu’ils ont dû fuir suite aux « grands combats ». Depuis, la vie ne les a pas épargnés : après la mort de leur mère, Jude et Saraphina ont dû apprendre à vivre seuls. Mais Jude semble profondément attaché à ses racines, alors que Saraphina, née à Paris, préfèrerait parfois les oublier.

Au quotidien, elle s’applique surtout à rendre la vie plus légère. Au collège, elle s’intéresse à tout ; au foyer, elle aide Jude autant qu’elle peut, et rit avec Malik, qui lui fait voir la vie en couleur.

Mais quand tout tourne mal, l’horizon du retour en Haïti se dessine peu à peu comme seul échappatoire possible. Comment Jude et Sara parviendront-ils à affronter cette nouvelle page de leur histoire ?

Il y a deux parties dans ce roman à la superbe couverture signée Aurélie Grand : la vie à Paris, où la Cité Paradis ressemble à un rêve, et la vie en Haïti, dans l’ombre de Cité Soleil. De l’une à l’autre, la vie de Saraphina et de Jude, son grand frère, bascule irrémédiablement…

Quand tu as envie de découvrir la suite de l’histoire, ça aide à tourner la page, non ?

Dans ce très joli roman, Sophie Noël met en scène une petite fille qui questionne son identité : née en France de parents haïtiens, elle risque de perdre le Nord à trop se demander d’où elle est… Mais le quotidien la rattrape, et Saraphina se retrouve embarquée dans une histoire qui la dépasse et à cause de laquelle elle devra fuir… pour mieux se retrouver, peut-être.

Un roman très vivant, plein de couleurs et de cultures, qui fait aussi découvrir Haïti à hauteur d’enfant. Et une histoire qui souligne une fois de plus qu’il est difficile de savoir où l’on va tant qu’on ne sait pas d’où l’on vient.

A partir de 8 ans

Éditions Magnard, janvier 2017, 160 pages, 11,90 euros

A lire aussi sur Sophielit

L’enfant du séisme

Pourquoi écrivez-vous, Sophie Noël ?

Tous les romans jeunesse

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s