Vous prendrez bien un dessert ?, Sophie Henrionnet

vous_prendrez_bien_un_dessert_henrionnet_sophie

Présentation de l’éditeur :

Les réunions familiales sont toujours un moment magique, parait-il. Les Labarre, en tout cas, ne sont pas prêts d’oublier celle-ci !

Paul, Charles, Nicolas, Louise, Eléonore, Jeanne et les autres appartiennent à une même famille. Réunis dans un chalet pour fêter à la fois Noël et l’anniversaire de Louis, le patriarche, ils racontent tour à tour le huis clos dans lequel ils se retrouvent, le temps d’une soirée, coincés par la neige. Ouverture des cadeaux, ivresse, retrouvailles, guirlandes et cotillons, la magie de Noël opère jusqu’à ce que les vieux démons, les secrets et les cadavres dans le placard fassent irruption.
Un roman à la Festen, à la fois cruel, acide et drôle.

On les connaît, tous et chacun. Avec leurs traits de caractère et leurs faiblesses, avec leurs renoncements et leurs aspirations, ils sont un peu nous. Ils ont un peu de nous. A moins que ce ne soit nous qui ayons d’eux. Hommes, femmes, jeunes ou moins jeunes, ils avancent vers l’heure H, vers le chalet choisi comme théâtre de cette réunion de famille.

Dans un découpage très cinématographique, Sophie Henrionnet conduit son lecteur vers le lieu de l’inéluctable, vers le moment où tout le monde sera réuni et où la cocotte-minute explosera. Jouant avec les nerfs du lecteur, elle revient toujours un peu en arrière, rendant de plus en plus insupportable l’attente de la rencontre entre tous les protagonistes.

Ah, ils vont en bouffer de la bûche, elle se le promet !

Évidemment, cela se passe mal. Il ne pouvait en être autrement. Dans cette famille-là comme dans toutes, les rancœurs, les non-dits, tout cela finit par prendre trop de place. Et ce qui prend trop de place s’exprime d’une manière ou d’une autre tôt ou tard.

Vous prendrez bien un dessert ? est un roman drôle parce que ce qu’il raconte ne l’est pas, et parce que les personnages comme les relations entre eux sont très justes. A tel point que la fin se révèle frustrante, tant on voudrait prolonger le séjour avec les personnages…

Un roman choral réussi, au suspense grandissant, qui laisse l’impression d’avoir partagé une tranche de vie avec ceux que l’on suit.

Éditions Daphnis & Chloé, 2015, 19 pages, 18 euros

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s