Ailleurs meilleur : l’origine

09258820_000_CV - copieMon roman Ailleurs meilleur est disponible depuis hier en librairie. J’en ai déjà dit quelques mots ici

Ce roman a une histoire, comme tous les romans. Celle d’Ailleurs meilleur, je la raconte brièvement dans une note insérée en fin d’ouvrage, et que je reproduis ici :

Un samedi de mai 2015, dans une librairie bretonne, j’ai fait la connaissance de deux adolescents. Ils avaient lu mon roman Max et les poissons ; c’était le premier livre qu’ils lisaient en français. Ils avaient envie de me raconter leur histoire, alors je suis revenue passer du temps avec eux et recueillir leurs témoignages. L’un arrivait de Côte d’Ivoire, l’autre de République centrafricaine. Ils n’étaient pas encore des adultes, mais déjà plus des enfants.

Je n’aurais jamais pu inventer les étapes de leurs parcours, ni ce qu’ils ont vu en chemin, chacun de son côté, avant de se rencontrer dans l’Ouest de la France. La réalité dépasse toujours la fiction. En les écoutant, j’ai aussi compris que, le plus souvent, ce n’est pas par désespoir mais par espoir que les gens partent. Je crois qu’il est de notre devoir de nous montrer, puisque nous en avons les moyens, à la hauteur de cet espoir. Aujourd’hui, ces adolescents sont de jeunes adultes qui travaillent, louent un appartement, ont obtenu leur permis de conduire. Ils construisent leur vie. Ici.

C’est cela que j’ai voulu raconter. L’espoir qui fait parcourir des milliers de kilomètres, ainsi que les différences de traitements, au mépris des droits de l’homme. Car moi aussi, j’ai un espoir : que cela change.

AM

Publicités

Une réflexion sur “Ailleurs meilleur : l’origine

  1. En fait, il y a l’espoir d’un ailleurs meilleur et le désespoir des raisons de leur départ, le déracinement douloureux: violence, guerre, pas d’espoir de travail correct etc. Puis c’est le lourd parcours, les passeurs souvent exploiteurs et à l’arrivée l’accueil qui nous fait souvent honte. Oui on voudrait que cela change. J’ai travaillé dans un CADA (qui a fermé) et j’ai vu des mineurs isolés, découragés, ne s’intéressant à rien, paumés.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s