Trois rendez-vous

Lundi 25 avril – 1h05 sur France Inter

Mardi 26 avril – 20h30 au Café de la Mairie

Vendredi 29 avril – 19h30 à la Cave Vaneau

.  Lire la suite

Publicités

Les Textopolitains, Anne Cazaubon

« Tout ce que vous avez toujours rêvé de dire à votre voisin de strapontin », dit le bleu. A l’intérieur, pêle-mêle, « Je suis d’accord avec votre tee-shirt », « Vous me marchez sur les pieds » ou simplement « Merci ».

.

« Tout ce que vous n’avez jamais osé avouer à votre voisin de strapontin », dit le rose. A l’intérieur, pêle-mêle, « Oui, je suis célibataire ! », « On va boire un verre ? » ou encore « Vous êtes d’une élégance rare ». Lire la suite

Une rencontre, trois livres

Ca se passe dimanche prochain à la librairie parisienne Le comptoir des mots.

.

Cette rencontre « 100% métro » est organisée autour de trois ouvrages très différents bien que traitant de la même thématique :

.

Petite histoire du ticket de métro parisien, de Grégoire Thonnat

.

Le métro de Paris, de Julian Pepinster

.

Et, évidemment,

Je vous emmène au bout de la ligne – Tribulations d’un conducteur de métro, de Rodolphe Macia & Sophie Adriansen Lire la suite

Petite histoire du ticket de métro parisien, Grégoire Thonnat

Qu’est-ce qu’un esitériophile ?

Quelqu’un qui collectionne les titres de transport.

.

Grégoire Thonnat est de ceux-là, et passionné du métro depuis toujours. Les tickets de métro qui composent sa collection, il les a collectés aux quatre coins de la France – et en a d’ailleurs trouvé un certain nombre chez les bouquinistes, Lire la suite

Je vous emmène au bout de la ligne, Rodolphe Macia & Sophie Adriansen

Sortie jeudi 4 novembre

Présentation de l’éditeur :

Au bout de la ligneLe métro parisien, ce n’est pas le pont d’Avignon : on y dort plutôt qu’on y danse. Et pourtant, il suffirait d’ouvrir les yeux pour découvrir un monde différent et riche. Rodolphe, conducteur sur la ligne 2, nous y entraîne. Il a derrière lui vingt ans de vie sous terre. Avec drôlerie et gourmandise, il nous raconte ce territoire tel qu’il se livre à l’homme dans la cabine : les créatures qu’il y croise, les rituels qu’il observe, les aventures les plus inattendues qui ébranlent la routine. Entre Nation et Porte Dauphine, faune et flore sont examinées avec un regard tendre et affûté : fêtards, contrôleurs, suicidaires, érotomanes, musiciens ou mendiants…

.
À Paris, plus de 5 millions de personnes prennent le métro chaque jour. Lire la suite

Métro insolite, Clive Lamming

Connaissez-vous les stations fantômes du métro parisien ? Savez-vous que le virage du viaduc à Austerlitz n’a pas toujours été si facile à emprunter pour les trains de lu ligne 5 ? Que le métro a failli passer sous l’Assemblée nationale ? Que la station Cluny-La Sorbonne renaquit de ses cendres en 1988 ? Que les rails suivent une forme circulaire au terminus de Nation ? Que c’est à la station Porte des Lilas que l’on tourne les films qui se passent dans le métro ?

.

Voici le genre de réponses, parmi de nombreuses autres, qu’apporte ce petit livre à la couverture représentant une voiture de 1ère classe d’un train Sprague-Thomson.

.

« Métro insolite » donne à voir une autre version du métro, plus… souterraine. Lire la suite

Fenêtres open space, Anne Savelli

Tous les jours, l’auteur fait le même trajet – domicile/travail le matin, travail/domicile le soir. Elle emprunte pour cela la ligne 2 du métro parisien (avec laquelle il se trouve que j’ai certaines affinités). Dans la portion aérienne de son trajet, elle écrit. Dès que le métro rentre sous terre, elle troque son carnet pour un livre. Cette partie à ciel ouverte est très brève : elle ne comporte que quatre arrêts, puis retour à l’obscurité des galeries.

.

Derrière la fenêtre du train, Anne Savelli note ce qu’elle voit au travers des fenêtres des immeubles qui longent la voie – ses trajets s’appellent voyages lorsque leur terme n’est pas prévu. Elle note aussi ce qu’elle voit à l’intérieur de la voiture Lire la suite

Nation par Barbès, Cécile Wajsbrot

« – A propos, où l’as-tu rencontré, ce jeune homme, à ton travail ?

Léna hésita un peu avant de répondre.

– Dans le métro.

– Dans le métro ? répéta sa mère sur un ton qui signifiait que ce n’était pas un endroit pour rencontrer quelqu’un, quelqu’un de sérieux. » (page 138)

.

Présentation de l’éditeur :

Léna et Jason se rencontrent dans le métro. Pendant quelques mois, ils se retrouvent à la station Barbès. Un jour, à cause d’une grève, Jason n’est plus au rendez-vous. Une atmosphère d’incertitude, de violence et de mystère pèse sur leur relation. Pendant ce temps, en Bulgarie, Aniela rêve de venir vivre en France. L’histoire de ces deux femmes est racontée en alternance, jusqu’à la venue d’Aniela à Paris, qui scellera leur destin et celui de Jason.

Lieu de rencontre et de séparation, abîme entre espoir et réalité, le métro joue un rôle primordial… Nation par Barbès mène chacun inéluctablement sur la voie de la perte ou de l’accomplissement. Lire la suite

Je suis l’homme dans la cabine, Louis-Simon Ferrat