Fakirs, Antonin Varenne

Voici un roman encore plus noir que sa couverture.
Entre Paris et la Corrèze, on plonge dans un univers glauque, sale, torturé.
Les personnages sont marginaux – et quand ils ne le sont pas, ils sont seuls. Tous. Ils ne sont pas attachants, on les veut même le plus loin possible de soi.

Mais l’intrigue est fascinante. Les ficelles de ce polar sont invisibles à l’œil nu, les destinées s’imbriquent à merveille.

Et puis surtout, il y a l’écriture d’Antonin Varenne. Une espèce de familiarité qui autorise l’humour – le sarcasme. Et qui fait que l’on n’est pas si mal, finalement, dans cet univers nocturne, souterrain et masqué.
La plume et le sens de l’intrigue, ne sont-ce pas là les qualités que l’on attend d’un auteur de policiers ?

Publicités

Enfant 44, Tob Rob Smith

Enfant 44 se passe en Russie après la Seconde Guerre Mondiale. Leo, un officier du MGB (ancêtre du KGB) enquête sur un meurtrier en série qui prend pour cible les enfants. Dans une atmosphère glaciale, où la froideur des températures extrêmes de Russie est accentuée par les pressions du régime soviétique, Leo et son épouse Raïssa mènent une enquête compliquée par le contexte politique – bientôt, Staline meurt.

Le climat de défiance est tel que les suspicions sont partout, y compris au sein du couple Leo-Raïssa. Au fur à mesure, on découvre que cette union est moins simple qu’il n’y paraît, tout comme l’histoire familiale de Leo.

L’ambiance est oppressante, le suspens parfois à la limite du soutenable. Il s’agit d’un premier roman, dont les droits ont déjà été acquis par Ridley Scott qui compte l’adapter au cinéma. On imagine ce que pourra donner à l’écran la retranscription de cette atmosphère déjà parfaitement rendue à l’écrit, où l’horreur et l’intimidation ont parfaitement leur place.

Les personnages, dotés d’un grand sens du politique et d’un instinct de survie exacerbé par leur condition, sont fascinants. Ce roman, dans sa catégorie, est du grand art, qui démontre de la part de Tob Rob Smith une parfaite maitrise de sa technique et qui en fait un auteur à suivre.

Cet ouvrage de près de 400 pages m’a été proposé dans le cadre du Prix des Lectrices de Elle 2010.