La fin du spectacle

 

Quand mon premier livre est paru, on m’a demandé si j’allais cesser de travailler. J’étais alors salariée dans un grand groupe, et j’avais signé pour ce livre un contrat offrant 8 % de droits d’auteur, à partager entre deux co-auteurs, sur un ouvrage vendu 16 euros. 64 centimes par livre pour moi, versés au mois de juin de l’année N+1, et imposables. Lire la suite

Publicités

Tu écris toujours ?, Christian Cottet-Emard

« N’avez-vous pas honte d’émerger aussi tard dans une France profonde qui se lève tôt même si c’est du pied gauche ? » (page 74)

.

Ce « manuel de survie à l’usage de l’auteur et de son entourage » est composé de billets d’humeur et d’humour sur la condition d’auteur/ écrivain/ plumitif parus pour la plupart dans le Magazine des livres.

Mieux vaut baigner dans le milieu littéraire, ou tout du moins aimer le verbe, pour apprécier ces chroniques. Car de conseils, on ne trouvera point dans ces pages – mais des réalités mises en lumière avec causticité qui démystifient un statut envié autant que critiqué et, parmi eux, quelques passages d’anthologie.

.

« Quant à savoir si on est écrivain parce qu’on est inadapté ou inadapté parce qu’on est écrivain, cela revient à se poser la lassante question de l’œuf et de la poule Lire la suite