Perdre le nord, Basile Panurgias

perdre le nordPrésentation de l’éditeur :

C’est à Paris qu’il fait la connaissance de Mette, riche héritière danoise. Éprise de l’écrivain paumé, elle va le soutenir. Jusqu’à ce que, lasse de ses éternels doutes, elle reprenne le chemin de Copenhague avec leur fille. Exilé à Bruxelles, il se console dans les bras d’une jeune étudiante. L’ennui le guette pourtant. Il lui est apparemment aussi difficile de s’engager affectivement que de trouver un éditeur. La rencontre inopinée avec Noël Cluzat, directeur de la maison du même nom, est-elle une aubaine ?

Des mondains germanopratins aux losers de la capitale belge, de petits boulots en grandes désillusions, Perdre le nord est la chronique caustique du vagabondage d’un auteur en quête de sens aux prises avec un monde de l’édition sans pitié.

 

Le narrateur peine à être publié. Mais le grand éditeur rencontré à l’occasion d’un cocktail mondain semble s’intéresser à lui pour la demoiselle qu’il avait à son bras davantage que pour ses écrits… La déception peut-elle se révéler un bon moteur pour écrire ? Lire la suite

Publicités

Je ne lis pas d’auto édition

bodEnfin, le plus souvent.
Bien sûr, je l’ai déjà fait. Et plusieurs fois avec bonheur, dans des genres différents.
Mais les bons textes auto édités sont des aiguilles dans la botte de foin de la production globale. Et puis mon œil, qui souffre déjà trop des coquilles subsistant dans les textes relus et corrigés (combien de « grands » éditeurs sont passés de deux à un seul correcteur, ces dernières années ?), a du mal à supporter une relecture non professionnelle.
Par ailleurs, je sais quel rôle peut jouer Lire la suite