Les Monologues du vagin, Eve Ensler

Présentation de l’éditeur :

Monologues vaginJ’ai décidé de faire parler des femmes, de les faire parler de leur vagin, de faire des interviews de vagins…, et c’est devenu ces Monologues… Au début, ces femmes étaient un peu timides, elles avaient du mal à parler. Mais une fois lancées, on ne pouvait plus les arrêter. Les femmes adorent parler de leur vagin. 

Depuis sa parution aux États-Unis en 1998, Les Monologues du vagin a déclenché un véritable phénomène culturel : rarement pièce de théâtre aura été jouée tant de fois, en tant de lieux différents, devant des publics si divers… Mais que sont donc ces Monologues dans lesquels toutes les femmes se reconnaissent? Il s’agit ni plus ni moins de la célébration touchante et drôle du dernier des tabous : celui de la sexualité féminine. Malicieux et impertinent, tendre et subtil, le chef-d’œuvre d’Eve Ensler donne la parole aux femmes, à leurs fantasmes et craintes les plus intimes. Qui lit ce texte ne regarde plus le corps d’une femme de la même manière. Qui lit ce texte ne pense plus au sexe de la même manière.

« Ça sonne comme une infection, ou peut-être un instrument médical :

« Vite, infirmière, passez-moi le vagin. » »

Le vagin, ce tabou, dont le nom même hésite souvent à être prononcé, se trouve sous la plume d’Eve Ensler doué de parole. Parfois il hurle, parfois il jubile. Il connaît plaisir et souffrance, humiliations et incompréhension. Avec lui, ce sont les femmes qui s’expriment, toutes les femmes. Cette expression est libératrice. Parfois salvatrice. Elle fait un bien fou.

Le vagin, ce grand cœur rouge qui bat.

Nouvelle édition, nouvelle traduction. Cet écrin inédit permet de (re)découvrir cette série de textes forts et intemporels, jouée dans tant de théâtres de par le monde, portée par les voix de tant de comédiennes. Son petit format et sa couverture élégante en font un objet aussi précieux que son contenu, qu’il est indispensable d’avoir dans sa bibliothèque.

« Le cœur est capable de sacrifice. Comme le vagin. »

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Lili Sztajn

Editions Denoël, juin 2015, 112 pages, 12,50 euros

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Toute la rubrique théâtre

Publicités

Le Puits, Iván Repila

Présentation de l’éditeur :

 

le-puitsDeux frères, le Grand et le Petit, sont prisonniers au fond d’un puits de terre, au milieu d’une forêt. Ils tentent de s’échapper, sans succès. Les loups, la soif, les pluies torrentielles : ils survivent à tous les dangers. À leurs côtés, un sac de victuailles donné par la mère, mais ils ont interdiction d’y toucher. Jour après jour, le Petit s’affaiblit. S’il doit sauver son frère, le Grand doit risquer sa vie. Le Petit sortira-t-il ? Le Grand survivra-t-il ? Comment surtout se sont-ils retrouvés là ?

Le Puits est un conte brutal à la fin cruelle et pleine d’espoir. Une fable sur l’amour fraternel, la survie et la vengeance, un roman «qui a mérité sa place au panthéon des Jules Verne, Alain-Fournier et autres Antoine de Saint-Exupéry, selon Zoé Valdés. Un roman indispensable, alors que beaucoup d’entre nous avions déjà annoncé la défaite de l’imagination contre la quotidienneté médiocre et étriquée.»

 

Dans ce puits, il y a un escalier en bâtons de réglisse, des fleurs qui parlent, une tour de nuages, une routine de peurs et d’espoirs. Un sac contenant une miche de pain, des tomates séchées, des figues et un morceau de fromage. Ou alors rien d’autre que des vers, de la terre, du silence. Et parfois un oiseau.

Le puits est tantôt un pressoir, tantôt un cercueil, tantôt un entonnoir qui distille les fantasmes. C’est un piège autant qu’un refuge. Qui ne cesse d’éprouver la capacité de résistance des deux frères tombés dedans on ne sait comment.

 

Les jours qui passent font venir la faim et la soif, la fatigue et la lassitude, la fièvre et les aveux, le désespoir qui détruit toute forme de communication. Au fond du puits, l’humanité est ramenée à ce qu’elle a de plus bestial.

Les deux frères deviennent des hommes. Et, de la rivalité au soutien, de la manipulation à la tendresse, de la haine à l’amour, donnent à voir tous les visages de la fraternité.
Mais la folie rôde et elle pourrait bien causer des dommages irréparables…

 

Dans ce premier roman remarquable, inclassable et inoubliable, Iván Repila raconte un enfermement qui révèle les identités, les imaginaires et les liens entre deux êtres. Il campe deux frères déterminés à survivre, forts différents mais qui se rejoignent dans la dignité, le refus de capituler, l’envie de faire justice et d’obtenir réparation.

 

L’écriture est âpre, brute, et mise au service d’une imagination débordante, d’un univers fantastique qui font naître des mondes en quelques mots seulement.

Le puits et ce livre ont ceci de commun qu’on en sort comme d’un mauvais rêve. Mais pour le lecteur, il s’agit d’un mauvais rêve dans lequel il n’hésitera pas à retourner et à inviter des tiers.

Un premier roman révélation, une claque – et un puits d’idées.

 

 

Traduit de l’espagnol par Margot Nguyen Béraud

Editions Denoël, octobre 2014, 112 pages, 11 euros

 

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Tous les premiers romans

Toute la rentrée littéraire 2014

 

Echos du puits :

 

« Le premier sang coule toujours dans le camp des plus faibles. » (page 16)

 

« Ici, à l’intérieur, tout a le goût de la terre. Habitue-toi. » (page 23)

 

« Les démonstrations de tendresse ne sont plus nécessaires lorsque gouverne l’instinct de conservation. » (page 37)

 

« Le Petit continue de mourir quelques jours encore tandis que son frère s’efforce de le maintenir en vie. Comme si ce n’était qu’un jeu. » (page 44)

 

« Quand son imagination se tarit, il lui raconte des histoires vraies. » (page 46)

 

« L’eau, la vraie, est dehors. Celle-là n’est qu’un mensonge. » (page 47)

 

« L’assassinat, ça ne s’apprend pas, ça se sait. » (page 52)

 

« Les vivants sont comme des enfants : ils jouent à mourir. » (page 73)

 

« Nul ne peut retenir ce que j’ai dans la tête, là, à l’intérieur. C’est un territoire sans murs, sans puits, juste à moi. Et bien réel puisqu’il me fait évoluer. » (page 74)

 

« Le temps est un carrefour planté entre mes yeux. Mon enfance aura lieu demain. » (page 74)

 

« Ce puits est un utérus. Nous allons bientôt naître, toi et moi. Nos cris sont la douleur du monde qui accouche. » (page 74)

 

« C’est de penser que toi tu puisses mourir qui rend mon monde si petit. » (page 75)

 

« Certaines présences sont bien plus palpables que ce qu’on peut toucher. » (page 84)

 

« Ses yeux se cachent au fond de leurs orbites, comme s’ils en avaient assez vu. » (page 105)

Bourrasques et accalmies, Sempé

Bourrasques et accalmiesPrésentation de l’éditeur :

Dans Enfances, Sempé s’attardait avec douceur et mélancolie sur le bonheur de l’insouciance. Avec son nouvel album Bourrasques et accalmies, il passe à l’âge adulte et le grand enfant qu’il est s’amuse à en croquer les contradictions.
Entre bourrasques et accalmies donc, on retrouve, éclatante, la poésie de Sempé, ce rire nécessaire qui invite nos esprits (trop) sérieux à poser un regard différent sur le monde, les hommes et soi-même. Une véritable thérapie comme le dit Sempé: «Quand je me suis mis à dessiner, c’était peut-être une sorte de thérapie, j’ai eu envie de dessiner des gens heureux. De faire du dessin humoristique avec des gens heureux. Ce qui est de la folie. Mais c’est mon caractère.»
Cent-vingt petites scènes savoureuses content ces éclaircies pendant la tempête quand chacun tente de maintenir le cap ou de le garder.

 

 

Sempé1Si Sempé ne légende pas toujours ses dessins, c’est parce que le plus souvent ils se passent de commentaires.

Si les personnages ne dialoguent que peu, c’est parce que les rapports humains souvent s’établissent sur des hiatus – et aussi qu’on oublie régulièrement de se taire.

Et si je ne m’étends pas sur ce très bel album grand format, répertorié dans la catégorie humour cependant qu’il est surtout empreint de nostalgie et d’espoir, de rêverie et de fatalité, c’est parce qu’est paru à l’automne un petit essai sur Sempé, dont je parlerai ici même la semaine prochaine, et que je ne saurais dire mieux.

 

Editions Denoël, 2013, 120 pages, 35€

 

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Quelques enfants, Sempé

Par avion, Sempé

 

Sempé2Sempé3Sempé4

Bleu blanc brun, Frédéric Maillard

Présentation de l’éditeur :

Au début des années 2000 à Paris, Romain, un étudiant solitaire, trouve asile dans un groupuscule d’extrême droite. Vulnérable et frustré, il cherche un guide, une voix, un message. Exclu de l’université après l’agression d’un homme de ménage, il est pris en charge par les membres d’un mouvement encore plus radical avant d’être subitement lâché par ses nouveaux amis. Dès lors, tout s’accélère : surfant sur les sites  » identitaires  » du web, il est contacté pour tuer, prime à la clé, le président de la République…

Plongée dans les eaux troubles de l’extrême droite française, Bleu Blanc Brun raconte avec justesse la dérive d’un adolescent vers l’extrémisme et la violence.

 

Dans son premier roman, Frédéric Maillard, spécialiste en communication institutionnelle et politique, revient sur un acte que personne n’a oublié. Sans trouver de circonstances atténuantes à son personnage-narrateur, il dépeint un engrenage qui a mené un jeune homme à tirer sur le président de la République un certain 14 juillet. Lire la suite