Le roman de Boddah, Héloïse Guay de Bellissen

Présentation de l’éditeur :

BoddahD’ordinaire, les amis imaginaires s’éteignent naturellement, peu à peu négligés par ceux qui les ont inventés. Pas Boddah. Pendant les vingt-sept années de sa courte vie, Kurt Cobain n’a jamais cessé de s’adresser à lui.
Du coup de foudre entre l’icône grunge et Courtney Love à leur mariage à Honolulu au milieu des touristes, des tournées triomphales aux soirs de doute, Boddah a tout vu et tout entendu. Dès lors, qui mieux que lui pouvait retracer le parcours de cette météorite trash que fut le chanteur de Nirvana, entre musique, héroïne et passion ?
Mêlant scènes réelles et imaginaires, conversations authentiques et inventées, Le Roman de Boddah s’offre un narrateur omniscient, témoin, confident, bonne et mauvaise conscience, Jiminy Cricket au milieu des guitares cassées.

Les amis imaginaires, les enfants les créent et les adultes les tuent. A cela existe une exception : Lire la suite

Publicités

« Comment papa est devenu danseuse étoile » : le roman d’un premier roman

Gavin s Clemente RuizComment papa est devenu danseuse étoile, le premier roman de Gavin’s Clemente Ruiz, est paru début 2016 aux éditions Mazarine (Fayard).

Son auteur nous raconte la naissance de ce premier roman plein d’humour – mais pas que.

 

Crédit photo : Vincent Bousserez

.

.

Quelle est l’histoire de Comment papa est devenu danseuse étoile ? Lire la suite

Sisters, Stéphane Denis

sistersPrésentation de l’éditeur :

 » Quand vous avez une sœur, vous ne vous posez pas de questions… Vous vivez avec cette idée qu’il y a quelque chose derrière. Qu’est-ce qu’une sœur ? Vous savez comment est votre sœur – elle vous pique vos vêtements, l’attention des parents, le type que vous voulez -, mais ça ne répond pas à la question que pendant longtemps vous ne vous posez pas : qu’est-ce que c’est, une sœur ? « 

 

S’exprime ici la sœur de celle qui fut la femme la plus célèbre de la planète, Jacqueline Kennedy Onassis, née Bouvier. Dans son récit se déroulent leurs deux vies, étrangement mêlées, entre passion et désamour, complicité et jalousie, plans de bataille échafaudés à deux et conflits jamais réglés. Dans la fraternité comme ailleurs, si on ne se construit pas seul on se construit souvent contre.

 

Par la voix de Caroline Lee Bouvier, épouse Canfield puis Radziwiłł puis Ross, percent les composantes d’une époque, d’un milieu social, d’une identité forgée des deux côtés de l’océan Atlantique. Il y est question de la famille, des ambitions, des mondanités, des déceptions, des névroses, des addictions et des hommes, autour de qui tourne le monde.

 

Voyeur juste ce qu’il faut, et véritablement captivant.

 

Prix Interallié 2001

Fayard, 2001, 172 pages, 15 euros

 

(Nombreuses) phrases indispensables :

 

« On n’échappe pas à son destin. Mais le destin n’en est pas à une évadée près. » (page 12)

 

« Au bord de la mer vous vous levez tôt à cause du bruit qui est différent de celui qui a fermé vos yeux. » (page 16)

 

« Je voulais voir ce que ça faisait avec un autre homme parce que vous avez toujours envie de changer de marque pour revenir à la première. » (page 20)

 

« Je ne lisais pas beaucoup les journaux. Quel intérêt de lire des nouvelles des gens que je voyais tous les jours ? » (page 21)

 

« Personne ne veut vous croire quand vous avez une bonne expérience, si vous n’avez pas encore l’âge de l’expérience. » (page 23)

 

« Je me permets rarement d’avoir une opinion sur quelqu’un ; j’ai toujours l’impression de fouiller dans le tiroir des sous-vêtements. » (page 30)

 

« Nous étions d’accord pour que notre jeunesse ne s’interrompe pas brusquement au début de l’été. » (page 31)

 

« J’agis toujours honnêtement quand je ne peux pas faire autrement. » (page 32)

 

« Un frère et une sœur : ça me semble une bonne définition de l’innocence, non ? » (page 33)

 

« Nous passions pour des gens riches aux yeux des journaux, mais les gens riches savaient que nous ne l’étions pas. » (page 40)

 

« Plus tard, quand je serais en Europe et Jacks à Washington, notre vieil ami l’océan ne serait pas une mer de larmes, mais le ruban liquide de nos regards. » (page 50)

 

« Ce nain fructifiant de Truman a dit que j’étais la plus belle et qu’il y avait entre nous la différence entre la porcelaine et la céramique. Mais la céramique est plus dure que la porcelaine, et dans les yeux des hommes elle renvoie plus d’éclat. » (page 57)

 

« Vous êtes d’un œuf ou de l’autre (on appelle East Hampton et South Hampton les deux œufs) et tout ce que j’aurais fait dans ma vie c’est changer de côté. » (page 80)

 

« Nous étions en train de passer, comme du papier peint dans une chambre d’enfant, et nous ne le savions pas. » (page 106)

 

« A partir d’un certain niveau social, l’amour n’a plus la même signification. » (page 125)

 

« Quand vous avez une sœur, vous ne pouvez jamais faire la part de ce qui vous revient. Dans le regard des autres, vous comprenez ? De ce qui est vous toute seule. » (page 150)

Gaspard-Marie Janvier, Quel trésor !

Sophie lit… la sélection du Prix du Style 2012 9/9

voir la sélection complète ici

 

Présentation de l’éditeur

À l’acheteur hésitant

Si le vent des hélices, le claquement des voiles

Les îles perdues et les trésors cachés

Si les chansons des marins sous les étoiles

Les pintes qu’on trinque à l’amitié

Et tous les récits d’aventure simplement racontés

Ont encore le pouvoir de plaire

Comme ils l’ont fait dans le passé

Aux hommes et femmes de caractère

Eh bien ami, passez monnaie ! Sinon

Si la jeunesse gavée n’a plus faim d’équipée

Si elle oublie les Flint, les Mermoz, les Robinson

L’envoûtement des cartes à la veillée

Les créatures de l’Écosse enchantée

Ainsi soit-il ! Et puissé-je avec tous mes forbans

M’endormir sous la dalle gravée

Où gisent les trésors des romans. Lire la suite

Les maladroits, Mark Greene

Alexandre et Léopold sont amis depuis longtemps, par hasard ou par défaut. Leur principal point commun est, avec le goût du ping-pong, la solitude dont ils sont entourés. Pour le reste, tout sépare Alexandre, le financier, cadre à responsabilités, se déplaçant dans les places boursières importantes, de New York à Francfort, sûr de sa compétence comme de son pouvoir de séduction, et Léopold, l’apprenti écrivain introverti, incapable de se valoriser et malheureux en amour.

 

Aussi, lorsque Léopold invite Alexandre à rencontrer Christine, sa fiancée, dans la propriété de celle-ci dans le Sud de la France, Alexandre voit s’ébranler tout le système de valeurs sur lequel se fondait leur amitié. Lire la suite

RER mon amour, Anne-Louise Sautreuil

Passer « un an sur les rails », voilà la méthode qu’a utilisée Anne-Louise Sautreuil pour écrire ce livre. Pendant quatre saisons, à toutes heures et par tous les temps, elle a parcouru les lignes, changé de voiture, s’est arrêtée dans les gares, est montée dans la cabine du conducteur, a suivi les agents en uniforme, a contacté ceux qui laissent des petites annonces liées aux transports en commun (« Homme à la recherche de femmes désireuses de se faire caresser dans les rames du RER aux heures de pointe »).

.

Il en ressort une vaste galerie de portraits de tous ceux qui « font » le RER, des usagers aux musiciens, des contrôleurs aux commerçants des gares, des médiateurs aux SDF – et même une rescapée de l’attentat de Saint-Michel. Lire la suite