Une poupée au pays de Daech, Eli Flory

Présentation de l’éditeur :

une-poupee-au-pays-de« Qu’est-ce que c’est, les taches aux murs ?

– Ce qu’il reste des pendules, répondit Dammia. On les a ôtées. Les aiguilles ne trottaient plus.

– Comment sait-on l’heure, alors ?

– On compte les appels à la prière. »

 

Plaquée par Ken, Barbie broie du noir dans sa villa de Los Angeles : elle a grossi, vieilli et la Reine des Neiges – nouvelle idole des jeunes – lui fait de l’ombre. Pour se requinquer, la star se rend dans un club de remise en forme au bord de la Méditerranée. Dès qu’elle croise le regard de Beau Gosse, le professeur d’aqua-fitness-biking, elle oublie la consigne n° 1 de son guide de voyage : « Attention, les hommes d’ici sont parfois de beaux parleurs. » Cet oubli vaut à Barbie de nombreuses mésaventures au pays de Daech, mais aussi une prise de conscience de sa propre aliénation.

 

Bienvenue dans le monde fantasmé des utilisateurs de Photoshop. Un monde dans lequel se faire vomir est un régime Lire la suite

Publicités

Olympe de Gouges, Catel & Bocquet

Présentation de l’éditeur :

De Montauban en 1748 à l’échafaud parisien en 1793, quarante-cinq ans d’une vie féminine hors normes, et l’invention d’une idée neuve en Europe : la lutte pour les droits des femmes.
Née dans une famille bourgeoise de province, sans doute fille adultérine d’un dramaturge à particule, Marie Gouze dit Olympe de Gouges a traversé la seconde moitié du XVIIIe siècle comme peu de femmes l’ont fait. Femme de lettres et polémiste engagée, elle se distingue par son indépendance d’esprit et l’originalité parfois radicale de ses vues, s’engageant pour l’abolition de l’esclavage et surtout pour les droits civils et politiques des femmes. Opposée aux Robespierristes et aux ultras de la Révolution, elle est guillotinée pendant la Terreur. Lire la suite

Les Morues, Titiou Lecoq

 

Ne pas s’arrêter à la couverture : ce roman dense n’est pas qu’une affaire de jeunes femmes sexy – au contraire.

 

Les Morues, ce sont trois trentenaires, Ema, Gabrielle et Alice, qui ont édicté en « charte » leurs grands principes concernant la vie, l’amour, les hommes, bientôt rejointes par une quatrième personne – Fred, un homme, ami de longue date d’Ema.

 

« J’ai juste envie d’égoïsme. Je ne veux pas m’enfermer et penser pour deux. Je veux d’abord exister pour moi plutôt que d’exister uniquement à travers les yeux de quelqu’un d’autre. » (page 77) Lire la suite