Pourquoi blogguez-vous, Lionel [L’Ivre de Lire] ?

Lionel

Lionel a 39 ans et vit en région Rhône-Alpes.

Depuis août 2012, il tient le blog L’Ivre de Lire. Il s’y présente ainsi : « Blogueur déchainé et serial-lecteur! J’aime partager mes lectures avec les autres, parce qu’elles me nourrissent et m’aident à rendre ma vie plus belle! L’ivre de lire, c’est le blog sur lequel vous retrouverez mon journal de lecture pour vous laisser porter avec moi par le pouvoir des mots. »

.

http://livredelire.com/

 

.

 

.

.

Pourquoi blogguez-vous ?

Livre de lire2Curieusement, je ne suis pas venu directement à bloguer sur « L’Ivre de Lire ». J’ai été durant les dix dernières années libraire, puis, dirigeant de librairie, et à l’époque, ce sont mes clients qui bénéficiaient de mes conseils de lecture.

Le partage a toujours été pour moi une valeur primordiale, et c’était chaque jour un immense bonheur que d’aller à la rencontre de ceux qui voulaient bien rentrer dans ma librairie, afin de leur faire découvrir les perles que j’adorais y dénicher. J’ai d’ailleurs toujours été un énorme lecteur, quasi boulimique, et ce au détriment de tous mes autres loisirs. La littérature me passionne, me fait rêver, voyager, m’emmène vers des contrées ou à des époques que les contraintes de notre espace-temps ne me permettront jamais d’explorer. La littérature permet au lecteur d’endosser tous les personnages, de devenir tant un salaud qu’un héros, et ce par le simple pouvoir d’une page tournée. Elle est aussi, souvent, mieux que les disciplines des sciences humaines, le reflet le plus véridique de notre époque, de ses préoccupations, et surtout des dangers qui la guettent…

Puis, il y a donc un an, j’ai commencé à ressentir les prémisses d’une véritable crise intérieure, à m’interroger sur le sens que recouvrait mon métier, et celui que je souhaitais donner à ma vie. J’étais à ce moment là présent sur les réseaux sociaux spécialisés dans l’échange d’avis de lecture, mais je n’y trouvais malheureusement plus mon compte. Je ressentais ce besoin impérieux d’avoir mon propre espace, un espace de liberté totale que je pourrais organiser selon mon seul désir, et qui échapperait totalement à toute forme de contrainte. C’est ainsi que « L’Ivre de Lire » est né, le 6 août 2012, sans aucune idée de ce qu’il allait devenir.

Lionel 1Ce que mon blog m’a apporté de plus beau, c’est incontestablement l’amitié. Ainsi, au fil de mes pérégrinations sur les réseaux sociaux, sont nées des liens si forts, qu’ils me sont aujourd’hui véritablement indispensables. Et puis, il m’a amené à être, progressivement, beaucoup plus exigent dans l’écriture de mes chroniques, à développer des compétences qui, si elles étaient auparavant centrées sur l’oral, ont incontestablement pris leur épaisseur dans cet exercice consistant à accepter d’être lu.

Aujourd’hui, je ne suis plus libraire depuis plusieurs mois, et je me prépare à de nouveaux projets professionnels, même si je dois avouer que ce contact avec mes clients me manque. Certains m’ont d’ailleurs rejoint sur « L’Ivre de Lire » ! Le blog lui, va continuer de plus belle, et je déborde de nouveaux projets le concernant pour sa deuxième année. De toutes manières, je vis pour partager mes lectures, et ce depuis mon enfance. Lire et surtout en parler, c’est la seule chose que je sais faire.  Si je ne bloguais pas, la vie perdrait, d’un seul coup, beaucoup de sa valeur…

 

 

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un aspirant bloggeur ?

J’aurais vraiment deux conseils à lui donner, qui guident chaque jour mon travail.

Le premier est d’avoir une véritable volonté de travailler son écriture et d’être certain de pouvoir publier plusieurs chroniques par semaine. En effet, il n’Lionel 2y a rien de pire que des chroniques approximatives, qui desservent certes le blog, mais surtout le livre qui y est chroniqué. Ne jamais donc perdre de vue que derrière chaque livre, il y a un auteur qui a bien souvent mis sa vie entre parenthèses durant de longs mois pour que vous puissiez avoir quelques heures de plaisir. Ainsi, que l’aspirant blogueur aime ou n’aime pas le livre qu’il a lu, il est important qu’il fasse ce travail de préciser sa pensée au plus juste, afin qu’elle soit clairement compréhensible. C’est un travail long, complexe souvent, mais extrêmement gratifiant. Par ailleurs, avoir un blog requiert une vraie discipline, nécessite de devoir l’alimenter avec une grande régularité. Trois billets par semaine reste un presque minimum, ce qui signifie de lire au moins trois livres par semaine. Si l’aspirant blogueur n’est pas certain de pouvoir tenir ce rythme, je lui conseillerais plutôt de se tourner vers les plateformes sociales, telles Babelio ou Entrée Livre.

Mon deuxième conseil, est de ne jamais entrer dans un processus de comparaison avec les autres blogs, mais plutôt de s’attacher à faire de sa personnalité sa spécificité. Le blog est un espace de liberté extraordinaire, dans lequel la seule limite est celle que vous mettez à votre imagination. Rien ne sert donc de faire des choses qui ne vous ressemblent pas, sous prétexte que ça marche sur un blog que vous connaissez. Faites de votre blog le miroir de votre intériorité, et considérez-le, constamment, comme indéfiniment perfectible, à l’instar de vous-mêmes. Et surtout, ne renoncez jamais à cette liberté que vous donne votre blog, quelle qu’en soit la raison. Peu importent les opportunités qu’il peut vous ouvrir, continuez à le cultiver avec indépendance, passion, impertinence, et surtout une bonne dose d’humilité. Et opiniâtre, toujours. Ce sont les valeurs que vous devez à toutes ces personnes, qui n’y sont pas obligées, qui prennent chaque jour la peine de venir vous lire.

.
.

Précédent rendez-vous : Sandrine Roudeix et tous les autres écrivains de la rubrique Pourquoi écrivez-vous ?

Prochain rendez-vous : Séverine [Blablablamia]

Publicités