Gourou(e), Murielle Renault

Présentation de l’éditeur :

gouroue-copie« Aujourd’hui, elle a envie de tout envoyer balader, faire un break, partir en vacances, comme dit son biographe, une idée qui ne l’avait plus effleurée depuis des années. »

Claudine Lemonde a 53 ans. Elle dirige Ekolonnia, une secte qui prône la décroissance appliquée à tous les domaines, sauf à ses propres finances. Après des années de succès, les adhésions chutent, les revenus baissent, et ses conseillers lui proposent de faire écrire sa biographie pour relancer le mouvement.

Ce qui ne devait être qu’une opération marketing se transforme en tsunami : les succès, les erreurs, les drames, les non-dits, la violence, tout remonte à la surface tandis que Claudine est confrontée à un autre bouleversement, plus intime, la ménopause, qui lui rappelle qu’elle est avant tout une femme comme les autres.

Elle va alors reprendre sa vie en main, affronter complots, jeux de pouvoirs et conseillers machistes. Et si les sectes étaient des entreprises comme les autres ?

 

Claudine, 53 ans, gourou(e) d’une secte, se voit allouer les services d’un biographe : publier sa vie doit redorer le blason du mouvement et renflouer les caisses. C’est en racontant son existence à ce jeune homme que Claudine réalise qu’il est temps de Lire la suite

L’écrivain à l’épreuve du quotidien #2 : L’écrivain du mercredi-samedi-dimanche

SA-lecrivain-a-lepreuve-du-quotidienL’écrivain à l’épreuve du quotidien, c’est le titre de l’une des rubriques que je propose désormais sur la plateforme Les Nouveaux Talents.

 

Un écrivain ne devrait pas faire les courses… il faut pourtant bien qu’il mange ! Dans cette rubrique, rencontre avec des écrivains qui se livrent sur la place de l’écriture dans le quotidien… et la place du quotidien dans l’écriture !

 

 

Romancière trois jours par semaine, salariée les quatre autres. Ou l’inverse. La schizophrénie ne semble pourtant pas être une fatalité… Son dernier roman (À qui le tour ?, Le Dilettante, 2013) met en scène des grands gagnants du loto. Dans la vraie vie, Murielle Renault n’a pas gagné – il lui arrive pourtant de jouer ! Rencontre avec un écrivain qui mène une double vie dont les deux volets sont bien cloisonnés. 

 

 

Je suis un écrivain douze heures minimum par semaine


Murielle Renault (c) Wilfrid GerberJe ne suis pas un écrivain à temps plein, je suis un écrivain du dimanche. Enfin, du mercredi-samedi-dimanche. Les autres jours, je me consacre à mon « vrai » travail, celui qui me rapporte de l’argent et me fait manger (je travaille dans l’informatique, aux 4/5èmes, donc). Les jours où je travaille, je n’écris pas, même pas le soir, je ne suis pas assez « fraîche ». De même que je n’écris pas quand je pars en vacances. Mais revenons aux mercredi, samedi, dimanche : ces jours-là, j’essaie de travailler au moins quatre heures. Ça peut sembler peu, mais il faut aussi s’acquitter des corvées et garder du temps pour se détendre (et ne pas vivre comme un ours !)… Donc, douze heures minimum par semaine. Ça peut être plus (j’essaie), ça peut être moins (j’évite). Est-ce que ça me convient ? Non, ça n’est pas assez, j’aimerais pouvoir y consacrer plus de temps, entre autres pour éviter que mes projets
… (lire la suite)

 

A LIRE AUSSI SUR SOPHIELIT :

Voyage au bout du livre #1 : Conjuguer les écritures et les contraintes

Pourquoi écrivez-vous, Murielle Renault ?

Tous les articles de la rubrique « Les Nouveaux Talents »

Sélection d’été

Sélection été 2013Le mercure monte… c’est le moment de penser aux lectures à mettre dans ses valises pour cet été.

Pour faciliter la corvée des bagages, voici une sélection uniquement composée de livres sortis en 2013.

 

 

Grosses chaleurs

L’abandon du mâle en milieu hostile, Erwan Larher : la rencontre explosive d’un sage lycéen avec une jolie punkette. Une bombe à retardement.

Plon, janvier 2013, 240 pages, 19 euros

 

Un père en colère, Jean-Sébastien Hongre : quand un père qui a totalement perdu le contrôle de ses deux enfants laisse sa colère exploser sur la toile, le lecteur s’enfonce dans l’horreur avec fascination…

Editions Max Milo, mars 2013, 222 pages, 18 euros

 

grosse chaleurLes étourneaux, Fanny Salmeron : après une série d’attentats à Paris, trois amis trouvent refuge dans une maison de campagne. Un conte moderne et poétique à l’abri des bombes… croit-on.

Stéphane Million Editeur, janvier 2013, 104 pages, 12 euros

 

 

Coup de soleil

Un écrivain, un vrai, Pia Petersen : les tribulations d’un écrivain qui devient le sujet et l’objet d’une émission de téléréalité participative. Une réflexion efficace et rythmée sur le sens de la littérature.

Actes Sud, janvier 2013, 216 pages, 20 euros

 

Coup de soleilA qui le tour ?, Murielle Renault : cinq grands gagnants du Loto décident de passer du temps ensemble pour le meilleur mais surtout pour le pire. Un roman doux-amer et une jolie galerie de portraits.

Le Dilettante, mars 2013, 254 pages, 19 euros

 

La nuit pacifique, Pierre Stasse : en Thaïlande, un Français exilé croise celui qu’il tient pour responsable du suicide de sa sœur des années auparavant. Envoûtant.

Editions Flammarion, janvier 2013, 268 pages, 18 euros

 

L’atelier des miracles, Valérie Tong Cuong : trois êtres cabossés par la vie réunis à l’Atelier, où ils apprennent doucement à remonter la pente, ressuscitent grâce aux talents du mystérieux responsable du lieu. Un roman chorale plein d’espoir.

JC Lattès, janvier 2013, 264 pages, 17 €

 

 

A l’ombre

A l'ombreL’été slovène, Clément Bénech :  le délitement d’un couple d’étudiants en vacances pour quelques semaines en Slovénie. Désinvolte, reposant et délicieux.

Editions Flammarion, mars 2013, 132 pages, 14 euros

 

La disparition du monde réel, Marc Molk : l’été d’une bande d’amis quarantenaires dans un grand mas provençal. Un roman du désenchantement, tout en mélancolie.

Buchet/Chastel (Qui Vive), mars 2013, 154 pages, 15 euros

 

Sang d’encre, Stéphanie Hochet : un tatoueur s’immisce dans la vie de ses clients comme l’encre se répand sous leur peau. Une fiction teintée de noir, dans laquelle l’éternité est à portée d’aiguille.

Editions des Busclats, février 2013, 100 pages, 11 euros

 

Le début de la tyrannie, Tristane Banon : le bilan d’une relation mère-fille toxique fait par la fille à la mort de sa mère. A-t-on les tyrans qu’on mérite ? Une vraie bonne surprise.

Julliard, février 2013, 192 pages, 18 euros

 

Marc Beltra, roman autour d’une disparition, Mathieu Simonet : un inoubliable puzzle autour de la disparition en décembre 2003, à la frontière du Brésil, du Pérou et de la Colombie, de Marc Beltra, un étudiant français  de 19 ans, imaginé par l’avocat de sa famille.

Editions Omniscience, 10 janvier 2013, 224 pages, 16,90 euros

 

 

Chateau de sableChâteau de sable

Prends garde à toi, Fanny Chiarello : l’histoire de Louise, dont la classe de 5ème prépare pour la fin de l’année une représentation de l’opéra Carmen

Medium de L’Ecole des loisirs (9-12 ans), février 2013, 196 pages, 9,50 euros

 

Les titres de la collection L’Enigme des vacances, qui proposent de lire pour réviser (quel chouette programme !)

Nathan, collection L’énigme des vacances, du CP à la 3ème, avril 2013, 6,99 euros

 

 

601689_10151600168419835_1330994677_nBel été et belles lectures !

Pourquoi écrivez-vous, Murielle Renault ?

AVT_Murielle-Renault_8112

Murielle Renault est l’auteur de quatre romans ; le dernier en date, A qui le tour?, est paru au Dilettante en mars 2013. Elle a également participé au recueil collectif Temps additionnel (Editions Antidata, 2012).

.

..

Pourquoi écrivez-vous ?

Peut-être d’abord parce que j’aime lire. Peut-être aussi parce que je suis timide et que j’y ai trouvé un moyen d’expression. La question est difficile. Mais je me rends compte que là, j’essaie de répondre à : « Pourquoi avez-vous commencé à écrire ? ». Et cette question, je ne sais y répondre que par bribes : j’avais une trentaine d’années, une vie qui partait dans tous les sens, je savais écrire (c’est ce que me disaient mes amis) et j’avais besoin de me recentrer, alors de petits cahiers en ateliers d’écriture, j’ai pris de l’assurance et me suis lancée dans l’aventure. Lire la suite

A qui le tour ?, Murielle Renault

a qui le tourIl y a là un retraité que la maladie d’Alzheimer guette, un sans domicile fixe qui campe sous le pont d’Austerlitz, une employée de la préfecture entre deux âges, une trentenaire battue par son compagnon et une autre qui quitte le sien puisque celui-ci ne semble pas décider à l’aimer. Ils n’auraient jamais dû se rencontrer, mais voilà : à quelques heures d’intervalle, ils ont tous gagné au loto. Et pas une petite somme : chacun a empoché plusieurs millions.

 

La Française des jeux réunit ces cinq grands gagnants pour un stage au Ritz, forme d’initiation à leur nouvel état de riche. Chacun est venu accompagné. On fait connaissance et, le champagne aidant, les liens se créent. Quelques temps plus tard, Chantal, l’employée de la préfecture, décide d’organiser un week-end en Normandie avec la bande du Ritz. Lire la suite