Les gens heureux n’ont pas d’histoire, Éloïse Lièvre

Présentation de l’éditeur :

LEs gens heureuxQuand la vie commence, la vie a déjà commencé.

Ce livre est un calendrier de l’avent. Quarante textes, quarante photos avant les quarante ans. Éloïse Lièvre se réapproprie la vie qui passe. Elle tisse des fils, défie le hasard, poursuit, les coïncidences, tout ce qui fait sens. Elle dit surtout comment l’on devient une personne, nos rêves et nos ambitions orientés par ceux qui nous précèdent et par ceux qui nous côtoient, les objets, livres, films, chansons, qui s’impriment en nous, les événements historiques et intimes qui se mêlent et deviennent une histoire.

Ces photos et ces textes empreints de poésie forment un projet singulier et disent avec force toute l’épaisseur d’une vie.

 

40 jours avant son 40ème anniversaire, Éloïse Lièvre a posté sur Facebook une photo et un texte l’accompagnant. Elle a fait ça le lendemain et Lire la suite

Publicités

Autour de moi, Nathalie Seroux

Autour de moiPrésentation de l’éditeur :

Un premier imagier photo pour les tout-petits qui leur donne à voir le monde à portée de main.

Ce très beau travail photographique de Nathalie Seroux offre une vision personnelle et sensible de l’environnement immédiat de l’enfant et renouvelle le genre littéraire qu’est l’imagier : voici un ouvrage pour apprendre aux tout-petits à nommer les objets, découvrir le monde et s’éveiller chaque jour un peu plus. Tous les thèmes de son quotidien sont présents: les différentes pièces de la maison, les objets qui les meublent, la nourriture, le jardin, les jouets, la musique, les couleurs… et beaucoup de tendresse pour montrer le quotidien du tout-petit !

La photographe crée des images simples et épurées en jouant avec la lumière, les matières, l’harmonie des couleurs chatoyantes. Ses objets et instants saisis dégagent une grande vitalité et se laissent nommer avec évidence.

Un imagier à feuilleter dans l’ordre ou au hasard, pour s’amuser à tisser des liens entre les images, les mots et le monde.

 

Le monde que présente Nathalie Seroux est coloré et poétique, lumineux et malicieux. Son univers est riche, son œil observateur et précis, son objectif tendre et… très subjectif.

 

Pourquoi ne pas habituer au plus tôt les enfants à la réalité plutôt qu’à sa retranscription/transformation/édulcoration ? C’est la question qui s’impose aux adultes face à cet imagier superbe et pas comme les autres. Car Autour de moi est un bel objet qui pèse son poids d’émotion. Entre les pages, et par la magie des associations que propose Nathalie Seroux, un petit supplément d’âme…

 

Inattendu et plein de vie.

 

De la Martinière jeunesse, septembre 2014, 14,90 euros

 

Imagier1 Imagier2

Dossier océan, Claudine Aubrun

couv-dossier_oceanQuatrième de couverture :

Ce jour de juin, il n’y a presque personne sur cette plage des Landes, un groupe de surfeurs, quelques pêcheurs, de rares promeneurs. Et deux pieds qui dépassent d’un parasol rouge… Comme à son habitude, Brune a sorti son téléphone pour faire des photos du paysage. Rien de compromettant a priori. Mais, en fin de journée, elle apprend qu’une femme a été étranglée dans les dunes. Plongées au cœur de l’enquête, Brune et sa famille vont se retrouver confrontées à leur passé. Quels liens avaient-elles avec cette femme ? Son oncle est arrêté. Un mystérieux agresseur la traque. La police s’intéresse de très près à ses photos. Pour comprendre ce qui s’est joué autrefois sur cette plage, la jeune fille devra démêler les fils reliant tous les personnages de son « dossier Océan ».

 

« Vous ne gagnez rien en vous taisant. », dit le flic à Brune.

« Vous ne gagnez rien à ne pas collaborer. Vous avez même beaucoup à perdre. »

Mais Brune ne parle pas. Elle ne parle plus. Elle s’exprime par l’image. Les dessins. Les photos qu’elle prend pour mieux reproduire les détails. Et le silence ouvre la porte à toutes les éventualités…

 

Dossier Ocean AubrunIl faudra bien pourtant que la vérité éclate. Qu’elle soit dite. La vérité, et les vérités de l’histoire de Brune et de sa famille. Il faudra bien que la lumière soit faite sur cette obscure affaire de meurtre qui vient assombrir le début de saison d’une station balnéaire sans histoire.

Entre fausses pistes et rebondissements, Claudine Aubrun mélange les cartes d’un jeu dangereux. Les héros, très vite attachants, sonnent particulièrement justes.

 

Et l’océan bordé par les pins des Landes devient un personnage à part entière.

Du noir dans le bleu.

 

Un roman court et efficace, plein de suspens et d’émotion.

 

Le Rouergue (collection DoAdo noir), février 2014, 107 pages, 9,70 euros

 photos (c) Claudine Aubrun

 

A lire aussi sur Sophielit :

Monsieur Stan n’a qu’à bien se tenir

 

Trois passages :

 

Dax 065« – Fais taire ta colère, Brune, je sais ce que c’est, crois-moi, ça ne mène nulle part.

Ma colère, je n’avais pas envie de la faire taire. Elle me nourrissait, elle nourrissait mes dessins, faisait exploser des couleurs violentes. » (page 21)

 

« Je suis remontée dans ma chambre dès son départ. J’ai branché le disque dur externe à mon ordinateur. J’ai ouvert le dossier OCEAN puis le fichier OCEAN sous ciel plombé. J’ai fait défiler la série complète. Toutes les photos étaient d’assez bonne qualité. Dans le lot, cinq images auraient pu intéresser Javier et mon agresseur. » (page 50)

 

« J’étais à la limite. A la limite du défendu mais à la limite tout de même. » (page 96)