Santé !, Sophie Adriansen

Santé ! a été publié en mai 2011 par les Editions du Moteur dans un ouvrage collectif, aux côtés de textes signés Mercedes Deambrosis, David Foenkinos, Yasmina Khadra, Nicolas d’Estienne d’Orves et Christophe Ferré : Six façons de le dire.

 

Aujourd’hui, Santé ! connaît une deuxième jeunesse au format numérique : cette comédie sort ce 24 septembre, et pour un petit prix, chez StoryLab, qui a déjà publié Un meeting au printemps dernier.

 

Pour vous (re)mettre l’eau à la bouche : 

Quand Monique apprend que son mari est condamné et décide de dépenser leurs économies en lui offrant un dernier voyage autour du monde, elle n’imagine pas que la médecine puisse se tromper… Elle n’imagine pas non plus tous les coups bas et coups de théâtre qui vont bousculer cette famille désormais ruinée. 

 

Santé !, comédie, Sophie Adriansen, Editions StoryLab, septembre 2012

http://www.storylab.fr/Collections/Moteur/Sante

 

Ce qu’en disent les lecteurs :

  • «De l’humour, du suspens… Et d’un seul coup, on a l’impression que la pendule se met à tourner un peu follement…» (France Inter, Noctiluque, Brigitte Kernel)
  • «Un coup du sort, un destin ficelé médicalement  et voici que sa nouvelle nous emporte…» (Le blog d’Elisabeth Robert)
  • «Avec une plume alerte, Sophie Adriansen nous offre une comédie délicieuse où l’amour est soumis aux aléas des diagnostics médicaux. Une histoire savoureuse, cocasse, jubilatoire, à lire absolument!» (L’univers de Koryfée)
  • «Un morceau d’anthologie !» (Le Mag Chic)
Publicités

L’Amour ne rend pas la monnaie, Christophe Esnault

Christophe Esnault est l’un des agitateurs de la revue Dissonances, et l’auteur d’Isabelle à m’en disloquer. Autant dire que littérairement, l’aspect décalé – sur le fond comme sur la forme – le caractérise.

 

Il reste fidèle à lui-même avec L’Amour ne rend pas la monnaie, paru dernièrement chez StoryLab. Un inclassable recueil de 47 textes pas franchement optimistes quant à l’état (amoureux, mais pas que) du monde, écrits comme d’un jet, dans une prose à la Houellebecq, plume trempée dans l’encrier de la misère sexuelle. Lire la suite

Un meeting, Sophie Adriansen

Présentation de l’éditeur

Elle comme lui s’apprêtent à voter pour la première fois. Alors ils ont décidé de faire le tour des candidats. Tous, même De Beer. De Beer, l’extrémiste, le xénophobe, le leader charismatique au discours vénéneux. Pourquoi fascine-t-il toujours plus de fidèles ? Est-il comme ils l’imaginent ? Ou pire ? De ce meeting angoissant, où se mêlent la peur et le dégoût, ils ne vont pas revenir indemnes.

 

2002 a été un choc. J’ai mis des années à écrire sur ce que j’avais ressenti.

Ce court roman, qui parait exclusivement au format numérique, sort aujourd’hui aux éditions StoryLab. Trois jours après que l’extrême-droite ait obtenu un score exceptionnel, tristement exceptionnel, au premier tour des élections. Les contours s’estompent, l’extrême est plus souriant, le voisin lui ressemble de plus en plus. J’ai peur, j’écris. Dans écrire il y a crier ; chacun lutte avec ses moyens, on ne peut voter qu’une seule fois.

 

http://www.storylab.fr/Collections/Urban-Stories/Un-meeting

 

« On dit entre-deux-tours comme on dirait entre-deux-guerres »

Extraits

De l’automne au printemps, ils se sont approchés de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel politique, du rose au bleu en passant par le vert et le rouge et le blanc. Manquait à leur palette cette teinte tellement extrême qu’elle en devient brune, presque noire – car là où elle jaillit il n’y a plus de couleurs, plus de contraste, juste une saturation maximale de l’obscurité.

[…]

Ariane et Nicolas prennent bien soin de rester au cœur du mouvement, de ne pas se laisser déporter, de ne pas se rendre accessibles aux caméras et aux micros qui traînent là, avides de mots gais, d’expressions réjouies, de visages où se reflètent la confiance, la fierté, avides d’enthousiasme et de partage d’espoirs.